Protection

Lors de l’incident sur la ligne B du RER, un enchainement d’évènements a amené à un grand chaos. L’un d’eux est la sortie des voyageurs sur les voies.

Ce comportement amène les agents, et notamment le conducteur, à agir rapidement, pour éviter qu’une circulation sur une voie contigue ne vienne percuter et probablement tuer les voyageurs imprudents. Cette procédure revient dans d’autres situations, lorsqu’il y a un obstacle sur la voie, qu’un problème sur son train engage la sécurité des autres circulations, qu’un signal protégeant un croisement à été franchi.

En résumé dès que le mouvement d’un autre train risque de causer des dégâts aux infrastructures, de taper dans un obstacle (animaux, personnes, véhicule…), de taper dans une autre circulation nous devons appliquer cette procédure : la couverture d’obstacle. Elle consiste à mettre en œuvre tous les moyens pour permettre d’arrêter les trains alentours, et notamment ceux provenant d’en face (voies contiguës).

Un pétard qui permet d’arrêter les trains

Cette procédure est lourde, longue, demande une grande réactivité, et beaucoup de concentration. Sur les lignes équipées de la radio, un appel au régulateur et l’utilisation de l’alerte radio permettent souvent de protéger la zone. Si cela ne suffit pas – car le régulateur ne parvient pas à arrêter un train – ou s’il n’y a pas de radio, il faut partir marcher le long de la voie, avec des « agrès » (pétard à poser sur la voie, torches à flamme rouge, drapeau rouge…) et aller à la rencontre d’un train éventuel pour l’arrêter. Une distance qui se compte en kilomètres et qui est variable selon la vitesse la plus élevée sur la ligne (puisque à la rencontre de nos agrès, il faudra plus de temps pour s’arrêter avant l’obstacle).

Une torche à flamme rouge

Voilà pourquoi descendre sur les voies, en plus d’être dangereux si ce n’est pas un agent des chemins de fer qui vous y invite, c’est très dommageable pour la régularité. Sur le RER B hier, le problème de caténaire réglé en 1heure, à pris des proportions démentielles suite à la sortie des voyageurs sur les voies. Ces derniers ont « commandé » l’arrêt de circulations pour une durée démesurée…

Publicités