#idbus , mauvaise route ?

iDBUS ça va vite, très vite. Non pas le trajet hein (Il faut environ 9 heures pour faire Paris Londres…). Non ce qui va très vite c’est le développement de cette filiale. Lancée pour les JO de Londres fin juillet, les A/R entre Paris et les capitales du nord sont montés en puissance en août, avant de prendre encore un peu plus de force d’ici la fin de l’année. Et il se profile maintenant une ouverture de hub à Lyon, avec des liaisons possibles vers Turin, peut être l’Espagne aussi, le tout d’ici novembre 2012.

Les décisions, et surtout leur exécution sont d’une rapidité déconcertante. Quand on voit que dans la partie ferroviaire, les lourdeurs se multiplient (volontairement ?…). Alors attention, je ne critique pas sur le principe, la mise en place de ce service d’autocars. Pour les simples raisons qu’il permet à des gens qui ne prennent pas les transports en commun d’habitude, de laisser leur voiture au garage. Mais ce qui me gène c’est ce même principe selon lequel on favorise la route par rapport au rail dans notre pays. La SNCF fait du bus, car c’est ce qu’elle a les moyens de faire rapidement, pour ne pas laisser la porte ouverte à la concurrence de la route, de plus en plus déloyale. Il s’agit là de volonté politique, si nous voulions des trains plus performants, le cadre légal (actuellement dans la tempête) serait posé depuis longtemps, et permettrait cette efficience.

Avec cette perspective, ce qui était redoutable, va certainement arriver. Si les relation entre Lyon et Turin ne posent pas de problème, car ne concurrencent pas d’offre de train direct (Lyon/Turin en LGV, ce serpent de mer…), la venue de relation vers l’Espagne changerait la donne. Car oui il y a la LGV vers Barcelone, et cette arlésienne finira bien par ouvrir ses portes mi-2013. Mais elle servira comme toutes les LGV pour du trafic voyageur de jour, et éventuellement fret de nuit. Que deviendrait les trafic Talgo/Elipsos via Cerbère ? Disparition pure et simple. Le TGV a déjà amputé les Talgo de jour, et la SNCF et la RENFE envisagent sérieusement l’arrêt des Elipsos (train hôtel de nuit vers et depuis l’Espagne). Et c’est là qu’un service de bus comme iDBUS serait bien entendu compétitif, mais surtout indispensable, car ces liaisons transportent du monde. Ou comment rendre le bus indispensable, et surtout grande première, remplacer officiellement une liaison ferroviaire par des autocars.

Il y a les conducteurs de trains, sans tenue, sans même un badge.Et il y a les capitaines iDBUS. Tout comme en Suisse ou l’on parle de pilote de locomotive.Symbole oui, mais qui a son importance.

Il faudra donc suivre de près les avancées sur ces dossiers, même si tout semble joué. Encore une fois, la SNCF ne ferait pas ça, ou ne le ferait pas de cette manière, si le cadre légal du rail, permettait d’être compétitif face à la route. Pour preuve, le hub iDBUS de Lyon ne desservira certainement pas la Suisse. D’une part car les liaisons Lyon-Genève sont très subventionnées, et fonctionnent parfaitement, mais surtout les bus et la Suisse ça fait deux. C’est un pays de trains, qui permet via la loi cette prépondérance du rail. Nous reviendrons sur la Suisse par ailleurs dans un billet, en évoquant le matériel roulant (Innotrans oblige !)

Donc en résumé, le bus oui c’est moins cher que la voiture, ça pollue moins (ramené au nombres de passagers transportés, en CO2/passagers), et c’est moins dangereux. Mais le train lui, bat le bus sur ces points à plate couture, avec des temps de parcours qui sont de surcroît très réduits.

Alors urgence énergétique contre urgence économique, les politiques et dirigeants de la SNCF ont tranché…

Advertisements