Nouveautés SNCF & iDBUS

En ce début d’été, pléthore de nouveautés apparaissent ça ou là chez la SNCF. La plupart sont visibles sur le net, avec (enfin) une unification des interfaces des différents sites. Ainsi le thème général est décliné sur sncf.com, voyages-sncf.com et velo.sncf.com. Ce dernier site, déjà existant mais méconnu, est celui qui gagnera certainement beaucoup en visibilité dans l’opération, car accessible depuis le site général du groupe.

Cette nouvelle charte graphique, ainsi que les autres composant de la  » nouvelle com’  » de l’entreprise se retrouvent sur un site dédié. La clarté des pages, l’organisation des contenus, et leur mise en valeur via cette nouvelle organisation sont bienvenues. On retrouve l’envie de simplification que nous avons connu il y a peu autour de la marque Intercité (la marque Intercité remplaçant Teoz, Lunéa et intercité), bien que dans ce cas précis l’ouverture future à la concurrence soit le déclencheur… Dommage car cette démarche aurait été profitable à la SNCF (même si elle le sera pour le moment), si elle avait été engagée plus tôt, et plus largement.

Dans le même esprit (suivant ces nouveaux standards graphiques donc), mais allant plus loin car partant de zéro, la SNCF lance…iDBUS ! Oui oui des bus SNCF. Pour le moment sur des liaisons internationales (le national n’étant pas ouvert, sauf si départ ou origine d’un autre pays…).

Objectif affiché, prendre des parts de marchés à la voiture. Dans ce cas c’est louable. Je suis personnellement un fervent défenseur des moyens de transports alternatifs au tout voiture, et le bus est en effet un moyen de transport moins polluant si l’on rapporte au nombre de personnes transportées. Mais il ne faudrait pas qu’a terme le bus vienne cannibaliser certains trains de la SNCF… Les Intercités par exemple, en pleine déconfiture comme vue plus haut et dans d’autres billets du blog. Car l’ouverture au transport national viendra un jour, et la présentation de ce moyen en remplacement des liaisons TET (Intercité) dites non rentables, car peu fréquentées (et peu fréquentées car vendues au dernier moment, qui veut noyer son chien l’accuse de la rage…) ne saurait être un fantasme. La perte de temps ne serait pas énorme, et une fois le trafic de nuit liquéfié par la politique actuelle, les bus suffirait, à suivre attentivement donc.

Pour ce qui est du TER, les régions font déjà du bus, d’ailleurs nous parlons de « Trains TER », TER voulant maintenant dire Transport Express Régional, comprenant donc les cars. Ni vu ni connu, mais tout un symbole. Enfin le TGV lui n’a pas de souci à se faire à mon avis, tant les personnes ciblées sont différentes, et la vitesse jouant un rôle clé. TGV étoffe par ailleurs son offre avec l’arrivée l’an prochain du projet « Aspartam », le TGV low cost. Plus de places assises car pas de 1ère classe, pas de restauration, accueil embarquement comme pour les avions. Le projet est ambitieux, mais l’attente est importante autour de la grille tarifaire pas encore dévoilée.

Objectif affiché par la SNCF, prouver que le BUS « next gen » peut être séduisant, si l’on a de petits revenus, et/ou que l’on ne se soucis guère du temps de trajet.

Voilà donc de nombreuses nouveautés, que nous ne manquerons pas de suivre sur le blog, ainsi que dans la presse.

A propos de presse, une refonte du site et de l’offre de la vie du rail vient d’être faite. Avec à la rentrée la disparition normalement de LOCmag, son contenu étant mis à profit dans des pages incluses au magazine LVDR mensuel. L’apparition d’une offre RailPass, et l’unification de leur site sont aussi bienvenues.

Publicités