Parlons machines

Pour la plupart des gens, le train est un véhicule générique. Le voyageur lambda ne fait pas de différence entre une rame tractée par une machine, un autorail, un train automoteur …

Nous pouvons diviser en deux catégories les types de trains : le matériel automoteur et le matériel remorqué assorti d’une locomotive.

Les trains, à l’origine, étaient de longueurs variables, et l’avantage dans l’utilisation de locomotives était de pouvoir tracter avec la même machine des trains de voyageurs le jour, et de marchandises la nuit. L’évolution de ce système de rame tractée consista en l’adjonction d’une cabine de conduite au bout des voitures pour « télécommander » la machine se trouvant en queue de train après un changement d’extrémité (et de direction). Le système a pour inconvénient une capacité de traction toujours égale quelle que soit le nombres de véhicules (possibilité toutefois de traction d’un train par 2 machines en tête dite « Unité Multiple » (UM)).

De nos jour, l’utilisation de trains automoteurs est de plus en plus courante et tend à devenir prépondérante. Un train automoteur est composé d’un autorail ou plusieurs véhicules, qui comportent la partie bagages et voyageurs, les cabines de conduite et les équipements de traction. Comme si nous avions mis un moteur et une cabine de conduite sur des voitures toutes simples, genre voiture Corail. Le résultat est une grande facilité d’utilisation (pas besoin de manœuvre pour changer de côté à la destination, puisqu’il y a une cabine de conduite de chaque côté. Les rames sont en composition « normée », et l’adjonction de véhicules n’est pas possible, cependant on peut atteler deux rames entre elles. Avantage dans ce cas, la capacité de traction de chacune s’additionnant, les performances restent bonnes quelle que soit la longueur. Ce n’est pas le propos ici, mais ce type de trains a un impact sur l’emploi, puisque les attelages sont automatiques et la plupart du temps les essais de frein sont réalisés par le seul conducteur, les agents de manœuvre ont donc beaucoup moins de travail sur ce matériel, nous y reviendrons dans un article dédié. Pour exemple le TGV est un train automoteur, une automotrice exactement (car électrique). Il comporte un nombre fixe de voitures, peut être couplé avec un de ses congénères, comporte deux cabines de conduite …

Je conduis à titre personnel plusieurs type d’engins moteurs. Dans l’ordre des photos, une rame RRR tractée par une 25500 (composition tractée « classique », comportant une cabine de réversibilité à l’extrémité des voitures), L’AGC qui est un train automoteur existant dans 3 versions (électrique pur, thermique, ou bi-mode), l’X73500, qui est un autorail (famille des trains automoteurs), et enfin l’X2100 qui est identique au précédent, mais beaucoup plus ancien.

Advertisements