( EDIT ) Le petit oubli des médias sur la panne du TGV…

Pour faire suite au texte précédent (en bleu dessous) et aux nombreuses réactions qu’il a suscité, voici quelques précisions apportées par l’analyse des évènements du 4 avril.

Tout d’abord le contexte, car la situation est exceptionnelle. Une UM (Unité Multiple, 2 rames accrochées l’une à l’autre par le museau) de TGV « Euro Duplex » soit la composition la plus capacitaire pour un TGV, avec 700 (et non pas mille personnes comme le soutient le présentateur de BFMTV dans la vidéo ci-dessous) voyageurs à son bord. Un train qui se retrouve bloqué, au milieu d’un tunnel long de 8 km, donc bien entendu sans communications possibles avec l’extérieur, mis à part la RST (Radio Sol Train), qui si la rame est entièrement HS, ne fonctionne pas plus que le reste. Des ASCT (contrôleurs), au minimum un par rame, qui forcément se retrouvent démunis. Comment un, voire même deux ou trois agents peuvent faire leur travail dans une rame ou 700 personnes sont bloquées, dans le noir, sans climatisation, sans moyens de communication ? Il est impossible de faire des annonces faute de sonorisation, et complètement impossible de contenir tout mouvement de foule.

La panne a quant à elle pour origine la chute d’un « équipement électrique ». C’est très flou j’en conviens, cependant nous en saurons plus dès la fin des enquêtes. La SNCF fait une enquête interne, la police une enquête car l’origine pourrait être un jet de projectile. L’utilisation du conditionnel est ici obligatoire, car sans savoir, on ne peut pas parler.

Nous remarquerons une chose, qui va dans le sens de ce qui a été dit dans le précédent article sur le sujet. Au-delà de tout débat, les médias après avoir “frappé” un grand coup, ont changé de sujet dans la demi-journée. Aucun ne donne l’avancement des enquêtes, aucun n’a parlé non plus de l’organisation même de la SNCF, avec notamment la séparation par activité… Tiens tiens, sujet déjà évoqué ici, alors pourquoi revient-il sur le tapis ?

Eh bien à l’origine du fait que j’en (re)parle, une discussion sur Twitter, avec une personne qui après avoir lu l’article me demandait pourquoi il n’y avait pas de diesels, ou de rames de secours. Alors au risque de me répéter, je vais en ré-expliquer les raisons.

Dans le cas présent à 11 km du lieu de l’incident, il y a deux machines diesel, une qui fonctionne, une qui est en panne. Malheureusement pour sortir la rame (Euro Duplex x2), deux machines sont nécessaires (après calcul, c’est le règlement, tout étant “normé”). Nous sommes donc dans l’impossibilité de trouver deux engins moteurs diesel, alors qu’à proximité bon nombres de machines récentes (BB 27000, BB 37000), affectées au fret, sont inutilisées, faute de trafic. Les conducteurs et machines de cette activité, doivent être “loués” par Fret à Voyages (qui gère le TGV), pour pouvoir faire l’opération. Comme pour le Strasbourg>;PortBou qui avait fait polémique en son temps, il y avait des conducteur à proximité, capables (habilités) de conduire la machine, sur la ligne, et donc de faire gagner du temps, ou de moins en faire perdre. Mais faute de travailler pour la bonne activité, il a fallu faire venir un conducteur en taxi de 300km plus loin, forcément incompréhensible pour les voyageurs… La situation est similaire à Marseille, nous avions les ressources, mais avons dû les cloisonner, bref sujet déjà évoqué ici. L’exploitation du réseau est déjà tellement compliquée, que je comprends mal que l’on se mette nous-même des bâtons dans les roues.

Voilà pourquoi “il n’y a pas” de machines et de conducteurs de secours. En réalité il y en a, mais ne sont pas disponibles pour cette tâche. Ici la direction de la SNCF n’a fait “que” mettre en œuvre la politique voulue par les gouvernants, et au-dessus d’eux l’Europe. La situation doit de toute façon évoluer dans les mois ou années à venir – mais pas forcément dans le sens souhaitable.

Les cheminots, tous, à tous les niveaux seraient heureux de pouvoir bosser à nouveau comme avant, afin de ne plus subir ou au moins d’atténuer les effets néfastes de cette politique.

Vidéo 1

Vidéo 2

Voici la phrase qu’un passager du TGV arrivé avec 10h00 de retard à Paris Gare de Lyon a dit sur Europe 1, et que malheureusement aucun autre média n’a relayée :

« Quant aux causes de l’incident, elles semblent relever du vandalisme. « Selon les contrôleurs, on aurait été victimes d’un jet de projectile, de pierre ou de parpaing, depuis un pont situé juste avant l’entrée du tunnel », poursuit Benjamin. « Les contrôleurs nous ont aussi expliqué que parfois, ils trouvent des traces d’impact de balles sur les vitres des TGV. »

Eh oui c’est monnaie courante dans la région de Marseille. Donc au lieu d’envenimer les choses avec des phrases choc, comme a pu le lire sur BFM notamment, il serait bien d’expliquer. D’autant plus que une fois que l’explication sera publique, on ne fera surtout pas de une avec ça, de peur que les gens comprennent que la SNCF n’était pas fautive.

Alors oui il y a eu défaut d’information, mais au vus des conditions matérielles ( tunnel, rame HS…) je ne vois pas comment les contrôleurs auraient pu communiquer ( pas de GSM, plus de sono…) mieux que comme ça ?

Le fait de ne pas descendre sur la voie, c’est le règlement, la Loi, les agents l’appliquent heureusement, sinon nous aurions dans les trains des situations identiques à ce que l’on peut voir sur la route tous les jours…

Le point important c’est que l’origine du problème est apparemment extérieure, qu’elle est récurrente en France, et notamment dans cette zone. Alors le gouvernement au lieu de parler de privatisation ( car avec une étiquette différente sur la machine et sur la blouse, les scènes auraient été sensiblement les mêmes ), ferait bien de faire ce sur quoi il a était élu, la sécurité. Car je ne comprends pas bien pourquoi les choses ne font qu’empirer, partout sur le territoire. Ce type de scène avec d’autres ( et très souvent sur Marseille et sa région ) en sont l’exemple.

Mais je déplore surtout la non-information de la part des médias. Aucun travail d’investigation, un aplat de phrases chocs, la facilité du recyclage des stéréotypes…

Mea coulpa « caché » de la SNCF, et de Rue89, qui admet avoir relayée une info fausse!

Publicités